Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

evangile du dimanche

Dimanche 03 Mars 2019

Publié le par Paroisse de la Nativité

Huitième dimanche du Temps Ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,39-45.

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples en parabole : 
« Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? 
Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou ?
Le disciple n’est pas au-dessus du maître ; 
mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître.
Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère, 
alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ?
Comment peux-tu dire à ton frère : 
“Frère, laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil”, 
alors que toi-même ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? 
Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; 
alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère. »
Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri ; 
jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit.
Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit : 
on ne cueille pas des figues sur des épines ; 
on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces.
L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ; 
et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais : 
car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur.

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

Publié le par Paroisse de la Nativité

Septième dimanche du Temps Ordinaire.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,27-38.

 
En ce temps-là, Jésus déclarait à ses disciples :
« Je vous le dis, à vous qui m’écoutez :
Aimez vos ennemis,
faites du bien à ceux qui vous haïssent.

Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent,
priez pour ceux qui vous calomnient.

À celui qui te frappe sur une joue,
présente l’autre joue.
À celui qui te prend ton manteau,
ne refuse pas ta tunique.

Donne à quiconque te demande,
et à qui prend ton bien, ne le réclame pas.

Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous,
faites-le aussi pour eux.

Si vous aimez ceux qui vous aiment,
quelle reconnaissance méritez-vous ?
Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment.

Si vous faites du bien à ceux qui vous en font,
quelle reconnaissance méritez-vous ?
Même les pécheurs en font autant.

Si vous prêtez à ceux dont vous espérez recevoir
en retour, quelle reconnaissance méritez-vous ?
Même les pécheurs prêtent aux pécheurs
pour qu’on leur rende l’équivalent.

Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien
et prêtez sans rien espérer en retour.
Alors votre récompense sera grande,
et vous serez les fils du Très-Haut, car lui,
il est bon pour les ingrats et les méchants.

Soyez miséricordieux
comme votre Père est miséricordieux.

Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ;
ne condamnez pas,
et vous ne serez pas condamnés.
Pardonnez, et vous serez pardonnés.

Donnez, et l’on vous donnera :
c’est une mesure bien pleine, tassée,
secouée, débordante,
qui sera versée dans le pan de votre vêtement ;
car la mesure dont vous vous servez pour les
autres servira de mesure aussi pour vous. »

Voir les commentaires

Dimanche 17 Février 2019

Publié le par Paroisse de la Nativité

Sixième dimanche du Temps Ordinaire.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,17.20-26.

 
Jésus descendit de la montagne avec eux et s’arrêta sur un terrain plat.
Il y avait là un grand nombre de ses disciples et une grande multitude
de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem,
et du littoral de Tyr et de Sidon.

Et Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara :
« Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous.

Heureux, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés.
Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez.

Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent,
quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause
du Fils de l’homme.

Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie,
car alors votre récompense est grande dans le ciel ;
c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes.

Mais quel malheur pour vous, les riches, car vous avez votre consolation !
Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant, car vous aurez faim !
Quel malheur pour vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil
et vous pleurerez !

Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous !
C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes. »

Voir les commentaires

Dimanche 10 Février 2019.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Cinquième dimanche du Temps Ordinaire

  • Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 5,1-11.

     
    En ce temps-là,
    la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole
    de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth.

    Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ;
    les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets.

    Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon,
    et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit
    et, de la barque, il enseignait les foules.

    Quand il eut fini de parler, il dit à Simon :
    « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. »

    Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la
    nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter
    les filets. »
    Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité
    de poissons que leurs filets allaient se déchirer.

    Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de
    venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les
    deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient.

    À cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus,
    en disant :
    « Éloigne-toi de moi, Seigneur,
    car je suis un homme pécheur. »

    En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux
    qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons
    qu’ils avaient pêchés ;
    et de même Jacques et Jean,
    fils de Zébédée, les associés de Simon.
    Jésus dit à Simon :
    « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes
    que tu prendras.»

    Alors ils ramenèrent les barques au rivage
    et, laissant tout, ils le suivirent.
     
 
 
 

Voir les commentaires

Dimanche 3 Février 2019.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Quatrième dimanche du temps ordinaire.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 4,21-30.

 
En ce temps-là, dans la synagogue de Nazareth, après la lecture du livre d'Isaïe, Jésus déclara :
« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. »

Tous lui rendaient témoignage et s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche. Ils se disaient :
« N’est-ce pas là le fils de Joseph ? »

Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton :
“Médecin, guéris-toi toi-même”, et me dire :
“Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm ;
fais donc de même ici dans ton lieu d’origine !” »

Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis :
aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays.

En vérité, je vous le dis :
Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ;

pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère.
Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. »
À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux.
Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas.
Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

Voir les commentaires

Troisième dimanche du Temps Ordinaire

Publié le par Paroisse de la Nativité

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,1-4.4,14-21.

 
Beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, d’après ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, furent témoins oculaires et serviteurs de la Parole.
C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi, après avoir recueilli avec précision des informations concernant tout ce qui s’est passé depuis le début, d’écrire pour toi, excellent Théophile, un exposé suivi,
afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as entendus.
Lorsque Jésus, dans la puissance de l’Esprit, revint en Galilée,
sa renommée se répandit dans toute la région.

Il enseignait dans les synagogues,
et tout le monde faisait son éloge.

Il vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture.
On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit :
‘L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur.’

Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit.
Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui.

Alors il se mit à leur dire :
« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. »

Voir les commentaires

Dimanche 20 Janvier 2019

Publié le par Paroisse de la Nativité

Deuxième dimanche du temps ordinaire.

Détail des noces de Cana de Véronèse -Musée du  Louvre

  • Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 2,1-11.

     
    En ce temps-là, il y eut un mariage à Cana de Galilée.
    La mère de Jésus était là.

    Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples.
    Or, on manqua de vin.
    La mère de Jésus lui dit :
    « Ils n’ont pas de vin. »

    Jésus lui répond :
    « Femme, que me veux-tu ?
    Mon heure n’est pas encore venue. »

    Sa mère dit à ceux qui servaient :
    « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. »

    Or, il y avait là six jarres de pierre
    pour les purifications rituelles des Juifs ;
    chacune contenait deux à trois mesures,
    (c’est-à-dire environ cent litres).

    Jésus dit à ceux qui servaient :
    « Remplissez d’eau les jarres. »
    Et ils les remplirent jusqu’au bord.

    Il leur dit : « Maintenant, puisez,
    et portez-en au maître du repas. »
    Ils lui en portèrent.

    Et celui-ci goûta l’eau changée en vin.
    Il ne savait pas d’où venait ce vin,
    mais ceux qui servaient le savaient bien,
    eux qui avaient puisé l’eau.
    Alors le maître du repas appelle le marié
    et lui dit :
    « Tout le monde sert le bon vin en premier et,
    lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon.
    Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »

    Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit.
    C’était à Cana de Galilée.
    Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Voir les commentaires

Dimanche 23 Décembre 2018.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Quatrième dimanche de l'Avent

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,39-45.

 
En ces jours-là,
Marie se mit en route et se rendit avec empressement
vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.

Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie,
l’enfant tressaillit en elle. Alors,
Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix
forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes,
et le fruit de tes entrailles est béni.

D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur
vienne jusqu’à moi ?

Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues
à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.

Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles
qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

Voir les commentaires

Dimanche 16 Décembre 2018.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Troisième Dimanche de l'Avent

Guercino, “Saint Jean-Baptiste dans le désert”, vers 1652–55.


 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 3,10-18.

 
En ce temps-là, les foules qui venaient se faire baptiser par Jean
lui demandaient : « Que devons-nous faire ? »

Jean leur répondait :
Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ;
et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! »

Des publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) vinrent aussi
pour être baptisés ; ils lui dirent : Maître, que devons-nous faire ?

Il leur répondit : « N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. »
Des soldats lui demandèrent à leur tour :
« Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit :
« Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort ;
et contentez-vous de votre solde. »

Or le peuple était en attente,
et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ.

Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ;
mais il vient, celui qui est plus fort que moi.
Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales.
Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu.

Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre
le blé, et il amassera le grain dans son grenier ;
quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. »

Par beaucoup d’autres exhortations encore,
il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

 

Voir les commentaires

Dimanche 02 Décembre 2018.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Premier dimanche de l'Avent.


 

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 21,25-28.34-36.
 
En ce temps-là, Jésus parlait à ses disciples de sa venue :
« Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles.
Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par
le fracas de la mer et des flots.

Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit
arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.

Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée,
avec puissance et grande gloire.

Quand ces événements commenceront, redressez-vous
et relevez la tête, car votre rédemption approche. »

Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne
s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie,
et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste
comme un filet ;
il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière.

Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force
d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout
devant le Fils de l’homme. »

Voir les commentaires

Dimanche 25 Novembre 2018.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Solennité du Christ, Roi de l'univers.

 

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 18,33b-37.

 
En ce temps-là, Pilate appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus lui demanda :
« Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? »

Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi ?
Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? »

Jésus déclara :
« Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde,
j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré
aux Juifs. En fait, ma royauté n’est pas d’ici. »

Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? »
Jésus répondit :
« C’est toi-même qui dis que je suis roi.
Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci :
rendre témoignage à la vérité.
Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. »

Voir les commentaires

Dimanche 18 Novembre 2018

Publié le par Paroisse de la Nativité

Trente-troisième dimanche du temps ordinaire.


 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13,24-32.

 
En ces jours-là, après une pareille détresse,
le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté ;

les étoiles tomberont du ciel,
et les puissances célestes seront ébranlées.

Alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées
avec grande puissance et avec gloire.
Il enverra les anges
pour rassembler les élus des quatre coins du monde,
depuis l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel.

Laissez-vous instruire par la comparaison du figuier :
dès que ses branches deviennent tendres et que sortent
les feuilles, vous savez que l’été est proche.

De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela,
sachez que le Fils de l’homme est proche, à votre porte.

Amen, je vous le dis :
cette génération ne passera pas avant que tout cela n’arrive.

Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas.
Quant à ce jour et à cette heure-là, nul ne les connaît,
pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils,
mais seulement le Père.

Voir les commentaires

Dimanche 11 Novembre 2018.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Trente-deuxième dimanche du temps ordinaire.

Située près d'Arras, sur une colline de la commune d'Ablain-Saint-Nazaire,
Notre-Dame-de-Lorette est la plus grande nécropole militaire de France.
Plus de 40 000 combattants français y reposent, dont la moitié dans des tombes individuelles.
Tous sont tombés pendant la Grande Guerre, sur les champs de bataille de l'Artois et des Flandres.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 12,38-44.

 
En ce temps-là, dans son enseignement, Jésus disait :
« Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à se promener
en vêtements d’apparat et qui aiment les salutations sur
les places publiques, les sièges d’honneur dans les synagogues,
et les places d’honneur dans les dîners.
Ils dévorent les biens des
veuves et, pour l’apparence, ils font de longues prières :
ils seront d’autant plus sévèrement jugés. »

Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor,
et regardait comment la foule y mettait de l’argent.
Beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes.

Une pauvre veuve s’avança et mit deux petites pièces de monnaie.
Jésus appela ses disciples et leur déclara :
« Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor
plus que tous les autres.

Car tous, ils ont pris sur leur superflu,
mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. »

 

Voir les commentaires

Dimanche 14 Octobre 2018

Publié le par Paroisse de la Nativité

Vingt-huitième dimanche du temps ordinaire

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 10,17-30.

 
En ce temps-là, Jésus se mettait en route quand un homme accourut et,
tombant à ses genoux, lui demanda :
« Bon Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ? »

Jésus lui dit : « Pourquoi dire que je suis bon ? Personne n’est bon, sinon Dieu seul.
Tu connais les commandements :
‘Ne commets pas de meurtre, ne commets pas d’adultère,
ne commets pas de vol, ne porte pas de faux témoignage,
ne fais de tort à personne, honore ton père et ta mère.’ »

L’homme répondit : « Maître, tout cela, je l’ai observé depuis ma jeunesse. »
Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima. Il lui dit :
« Une seule chose te manque : va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ;
alors tu auras un trésor au ciel. Puis viens, suis-moi. »

Mais lui, à ces mots, devint sombre et s’en alla tout triste, car il avait de grands biens.
Alors Jésus regarda autour de lui et dit à ses disciples :
« Comme il sera difficile à ceux qui possèdent des richesses
d’entrer dans le royaume de Dieu ! »

Les disciples étaient stupéfaits de ces paroles. Jésus reprenant la parole leur dit :
« Mes enfants, comme il est difficile d’entrer dans le royaume de Dieu !

Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille
qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. »

De plus en plus déconcertés, les disciples se demandaient entre eux :
« Mais alors, qui peut être sauvé ? »

Jésus les regarde et dit : « Pour les hommes, c’est impossible,
mais pas pour Dieu ; car tout est possible à Dieu. »

Pierre se mit à dire à Jésus : « Voici que nous avons tout quitté pour te suivre. »
Jésus déclara : « Amen, je vous le dis :
nul n’aura quitté, à cause de moi et de l’Évangile, une maison, des frères, des sœurs,
une mère, un père, des enfants ou une terre
sans qu’il reçoive, en ce temps déjà,
le centuple : maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terres, avec des persécutions,
et, dans le monde à venir, la vie éternelle.

 

Voir les commentaires

Dimanche 07 Octobre 2018

Publié le par Paroisse de la Nativité

Vingt-septième dimanche du temps ordinaire.


Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 10,2-16.

Des pharisiens l’abordèrent et, pour le mettre à l’épreuve,
ils lui demandaient :
« Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »
Jésus leur répondit : « Que vous a prescrit Moïse ? »
Ils lui dirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme
à condition d’établir un acte de répudiation. »
Jésus répliqua : « C’est en raison de la dureté de vos cœurs
qu’il a formulé pour vous cette règle.
Mais, au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme.
À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère,
il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair.
Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »
De retour à la maison,
les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.
Il leur déclara :
« Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre
devient adultère envers elle.
Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre,
elle devient adultère. »
Des gens présentaient à Jésus des enfants
pour qu’il pose la main sur eux ;
mais les disciples les écartèrent vivement.
Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit :
« Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas,
car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.
Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu
à la manière d’un enfant n’y entrera pas. »
Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains.


 

Voir les commentaires

Dimanche 30 septembre 2018

Publié le par Paroisse de la Nativité

26ème dimanche du Temps ordinaire

 

 

Jean, l'un des Douze, disait à Jésus :
« Maître, nous avons vu quelqu'un chasser des esprits mauvais en ton nom ;
nous avons voulu l'en empêcher, car il n'est pas de ceux qui nous suivent. »
Jésus répondit :
« Ne l'empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas,
aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n'est pas contre nous est pour nous.
Et celui qui vous donnera un verre d'eau au nom de votre appartenance au Christ,
amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense.
Celui qui entraînera la chute d'un seul de ces petits qui croient en moi,
mieux vaudrait pour lui qu'on lui attache au cou une de ces meules que
tournent les ânes, et qu'on le jette à la mer.
Et si ta main t'entraîne au péché, coupe-la. Il vaut mieux entrer manchot
dans la vie éternelle que d'être jeté avec tes deux mains dans la géhenne,
là où le feu ne s'éteint pas.
Si ton pied t'entraîne au péché, coupe-le. Il vaut mieux entrer estropié
dans la vie éternelle que d'être jeté avec tes deux pieds dans la géhenne.
Si ton œil t'entraîne au péché, arrache-le. Il vaut mieux entrer borgne dans
le royaume de Dieu que d'être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne,
là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas. »

Voir les commentaires

Dimanche 23 Septembre

Publié le par Paroisse de la Nativité

Vingt-cinquième dimanche du temps ordinaire
 
 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,30-37.

 
En ce temps-là, Jésus traversait la Galilée avec ses disciples,
et il ne voulait pas qu’on le sache, car il enseignait ses disciples en leur disant :
« Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ;
ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. »

Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger.
Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demanda :
« De quoi discutiez-vous en chemin ? »

Ils se taisaient, car, en chemin, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand.
S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit :
« Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. »

Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit :
« Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille.
Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé. »

Voir les commentaires

Dimanche 16 Septembre 2018

Publié le par Paroisse de la Nativité

Vingt-quatrième dimanche du temps ordinaire
 

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 8,27-35.

 
En ce temps-là, Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples,
vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe.
Chemin faisant, il interrogeait ses disciples :
« Au dire des gens, qui suis-je ? »

Ils lui répondirent :
« Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. »

Et lui les interrogeait :
« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. »

Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne.
Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre
beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes,
qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite.

Jésus disait cette parole ouvertement.
Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches.

Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre :
« Passe derrière moi, Satan !
Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »

Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit :
« Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même,
qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.

Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ;
mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile la sauvera.

Voir les commentaires

Dimanche 9 Septembre 2018

Publié le par Paroisse de la Nativité

Vingt-troisième dimanche du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 7,31-37.

 
En ce temps-là, Jésus quitta le territoire de Tyr ; passant par Sidon, il prit
la direction de la mer de Galilée et alla en plein territoire de la Décapole.

Des gens lui amènent un sourd qui avait aussi de la difficulté à parler
et supplient Jésus de poser la main sur lui.

Jésus l’emmena à l’écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles,
et, avec sa salive, lui toucha la langue.

Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit :
« Effata ! », c’est-à-dire : « Ouvre-toi ! »

Ses oreilles s’ouvrirent ; sa langue se délia, et il parlait correctement.
Alors Jésus leur ordonna de n’en rien dire à personne ;
mais plus il leur donnait cet ordre, plus ceux-ci le proclamaient.

Extrêmement frappés, ils disaient :
« Il a bien fait toutes choses ,
il fait entendre les sourds et parler les muets. »

Voir les commentaires

Dimanche 2 Septembre 2018.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Vingt-deuxième dimanche du temps ordinaire.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 7,1-8.14-15.21-23.

 
En ce temps-là, les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem,
se réunissent auprès de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples
prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées.

– Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement
les mains avant de manger, par attachement à la tradition des anciens ;
et au retour
du marché, ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau, et ils sont attachés
encore par tradition à beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de carafes
et de plats.

Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à Jésus :
« Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ?
Ils prennent leurs repas avec des mains impures. »

Jésus leur répondit :
« Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites, ainsi qu’il est écrit : ‘Ce peuple
m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi.
C’est en vain qu’ils me rendent
un culte ; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains.’

Vous aussi, vous laissez de côté le commandement de Dieu,
pour vous attacher à la tradition des hommes. »

Appelant de nouveau la foule, il lui disait : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien.
Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur.
Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. »

Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses :
inconduites, vols, meurtres,
adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche,
envie, diffamation, orgueil et démesure.

Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. »

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>