Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

evangile du dimanche

Dimanche 04 Août 2019

Publié le par Paroisse de la Nativité

Dix-huitième dimanche du temps ordinaire.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,13-21.


En ce temps-là,
du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : 
« Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »
Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre
juge ou l’arbitre de vos partages ? »
Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité,
car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas
de ce qu’il possède. »

Et il leur dit cette parabole :
« Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté.
Il se demandait : “Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour
mettre ma récolte. ” Puis il se dit :
“Voici ce que je vais faire :
je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands
et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens.
Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux
biens à ta disposition, pour de nombreuses années.
Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.”
Mais Dieu lui dit :
“Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie.
Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?”
Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même,
au lieu d’être riche en vue de Dieu. »

Voir les commentaires

Dimanche 28 Juillet.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Dix septième dimanche du Temps Ordinaire.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 11,1-13.


Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière.
Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda :
« Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean le Baptiste,
lui aussi, l’a appris à ses disciples. »
Il leur répondit : « Quand vous priez, dites :
Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.
Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.
Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes, nous pardonnons
aussi à tous ceux qui ont des torts envers nous.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation.»
Jésus leur dit encore : « Imaginez que l’un de vous ait un ami
et aille le trouver au milieu de la nuit pour lui demander :
“Mon ami, prête-moi trois pains, car un de mes amis est arrivé
de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir.”
Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond :
“Ne viens pas m’importuner ! La porte est déjà fermée ;
mes enfants et moi, nous sommes couchés.
Je ne puis pas me lever pour te donner quelque chose.”
Eh bien ! je vous le dis :
même s’il ne se lève pas pour donner par amitié,
il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami,
et il lui donnera tout ce qu’il lui faut.
Moi, je vous dis : Demandez, on vous donnera ;
cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira.
En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ;
à qui frappe, on ouvrira.
Quel père parmi vous, quand son fils lui demande un poisson,
lui donnera un serpent au lieu du poisson ?
ou lui donnera un scorpion quand il demande un œuf ?
Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes
choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il
l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »

Voir les commentaires

Dimanche 21 Juillet 2019

Publié le par Paroisse de la Nativité

Seizième dimanche du Temps Ordinaire.


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,38-42.

En ce temps-là, Jésus entra dans un village.
Une femme nommée Marthe le reçut.
Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise
aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples
occupations du service. Elle intervint et dit :
« Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé
faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. »
Le Seigneur lui répondit :
« Marthe, Marthe, tu te donnes du souci
et tu t’agites pour bien des choses.
Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part,
elle ne lui sera pas enlevée. 

Voir les commentaires

Dimanche 14 Juillet 2019

Publié le par Paroisse de la Nativité

Quinzième dimanche du temps ordinaire.


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,25-37.


En ce temps-là, voici qu’un docteur de la Loi se leva
et mit Jésus à l’épreuve en disant :
« Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? »
Jésus lui demanda :
« Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Et comment lis-tu ? »
L’autre répondit :
« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur,
de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence,
et ton prochain comme toi-même. »
Jésus lui dit : « Tu as répondu correctement. Fais ainsi et tu vivras. »
Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus :
« Et qui est mon prochain ? »
Jésus reprit la parole :
« Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur
des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé et roué de coups,
s’en allèrent, le laissant à moitié mort.
Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ;
il le vit et passa de l’autre côté.
De même un lévite arriva à cet endroit ;
il le vit et passa de l’autre côté.
Mais un Samaritain, qui était en route, arriva près de lui ;
il le vit et fut saisi de compassion.
Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile
et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit
dans une auberge et prit soin de lui.
Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à
l’aubergiste, en lui disant : “Prends soin de lui ; tout ce que tu
auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.”
Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé
aux mains des bandits ? »
Le docteur de la Loi répondit :
« Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. »
Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même. »

Voir les commentaires

Dimanche 07 Juilllet 2019

Publié le par Paroisse de la Nativité

Quatorzième dimanche du temps ordinaire.

« La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. »


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,1-12.17-20.


En ce temps-là,
parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze,
et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité
où lui-même allait se rendre. Il leur dit :
« La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux.
Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.
Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin.
Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord :
‘Paix à cette maison.’
S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ;
sinon, elle reviendra sur vous.
Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ;
car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis,
mangez ce qui vous est présenté.
Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur :
“Le règne de Dieu s’est approché de vous.” »
Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis,
allez sur les places et dites :
“Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous l’enlevons
pour vous la laisser. Toutefois, sachez-le : le règne de Dieu s’est approché.”
Je vous le déclare : au dernier jour, Sodome sera mieux traitée que cette ville. »
Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux, en disant :
« Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom. »
Jésus leur dit : « Je regardais Satan tomber du ciel comme l’éclair.
Voici que je vous ai donné le pouvoir d’écraser serpents et scorpions,
et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire.
Toutefois, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ;
mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. »

Voir les commentaires

Dimanche 30 Juin 2019

Publié le par Paroisse de la Nativité

Treizième dimanche du Temps ordinaire

 


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,51-62.

Comme s’accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel,
Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem.
Il envoya, en avant de lui, des messagers ;
ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village
de Samaritains pour préparer sa venue.
Mais on refusa de le recevoir,
parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem.
Voyant cela, les disciples Jacques et Jean dirent :
« Seigneur, veux-tu que nous ordonnions qu’un feu
tombe du ciel et les détruise ? »
Mais Jésus, se retournant, les réprimanda.
Puis ils partirent pour un autre village.
En cours de route, un homme dit à Jésus :
« Je te suivrai partout où tu iras. »
Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers,
les oiseaux du ciel ont des nids ;
mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »
Il dit à un autre : « Suis-moi. »
L’homme répondit :
« Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. »
Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts.
Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. »
Un autre encore lui dit :
« Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord
faire mes adieux aux gens de ma maison. »

Jésus lui répondit :
« Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière,
n’est pas fait pour le royaume de Dieu. »

Voir les commentaires

Dimanche 23 Juin

Publié le par Paroisse de la Nativité

Saint sacrement du Corps et du Sang du Christ.

La multiplication des pains
Ecole italienne du17e siècle - Musée de Valence

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,11b-17.


En ce temps-là, Jésus parlait aux foules du règne de Dieu et guérissait ceux qui en avaient besoin.
Le jour commençait à baisser.
Alors les Douze s’approchèrent de lui et lui dirent :
« Renvoie cette foule : qu’ils aillent dans les villages et les campagnes
des environs afin d’y loger et de trouver des vivres ;
ici nous sommes dans un endroit désert. »
Mais il leur dit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. »
Ils répondirent : « Nous n’avons pas plus de cinq pains et deux poissons.
À moins peut-être d’aller nous-mêmes acheter de la nourriture pour tout
ce peuple. » Il y avait environ cinq mille hommes.
Jésus dit à ses disciples :
« Faites-les asseoir par groupes de cinquante environ. »
Ils exécutèrent cette demande et firent asseoir tout le monde.
Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel,
il prononça la bénédiction sur eux, les rompit et les donna à ses disciples
pour qu’ils les distribuent à la foule.
Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés ;
puis on ramassa les morceaux qui leur restaient : cela faisait douze paniers.

 

Voir les commentaires

Dimanche 15 Juin

Publié le par Paroisse de la Nativité

Sainte Trinité - Solennité

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 16,12-15.
 
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter.
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ;
et ce qui va venir, il vous le fera connaître.

Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi
pour vous le faire connaître.
Tout ce que possède le Père est à moi ;
voilà pourquoi je vous ai dit :
L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

Voir les commentaires

Dimanche 09 Juin.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Pentecôte

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean

14,15-16.23b-26.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements.
Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur
qui sera pour toujours avec vous.
Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera,
nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure.
Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles.
Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père,
qui m’a envoyé.
Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ;
mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom,
lui, vous enseignera tout,
et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »

Voir les commentaires

Dimanche 2 Juin 2019.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Septième dimanche de Pâques 

Le Christ en Gloire de Vézelay
 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 17,20-26.

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi :
« Père saint, je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là,
mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi.
Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi.
Qu’ils soient un en nous, eux aussi,
pour que le monde croie que tu m’as envoyé.
Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils
soient un comme nous sommes UN : moi en eux, et toi en moi.
Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un,
afin que le monde sache que tu m’as envoyé,
et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.
Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis,
ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que
tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.
Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu,
et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé.
Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître,
pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux,
et que moi aussi, je sois en eux. »

Voir les commentaires

Dimanche 19 Mai 2019.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Cinquième dimanche de Pâques.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 13,31-33a.34-35.
 
Au cours du dernier repas que Jésus prenait avec ses disciples,
quand Judas fut sorti du cénacle, Jésus déclara :
« Maintenant le Fils de l’homme est glorifié,
et Dieu est glorifié en lui.

Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera ;
et il le glorifiera bientôt.

Petits enfants, c’est pour peu de temps encore que je suis avec vous.
Vous me chercherez, et, comme je l’ai dit aux Juifs :
“Là où je vais, vous ne pouvez pas aller”,
je vous le dis maintenant à vous aussi. »

Je vous donne un commandement nouveau :
c’est de vous aimer les uns les autres.
Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples :
si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Voir les commentaires

Dimanche 12 Mai 2019.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Quatrième dimanche de Pâques

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 10,27-30.

 
En ce temps-là, Jésus déclara :
« Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent.

Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront,
et personne ne les arrachera de ma main.

Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout,
et personne ne peut les arracher de la main du Père.

Le Père et moi, nous sommes UN. »

Voir les commentaires

Dimanche 05 Mai 2019

Publié le par Paroisse de la Nativité

Troisième dimanche de Pâques. 

La pèche miraculeuse de Duccio di Buoninsegna (Sienne vers 1255-1319) 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 21,1-19.

En ce temps-là, Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment.
Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre, avec Thomas, appelé Didyme 
(c’est-à-dire Jumeau), Nathanaël, de Cana de Galilée, les fils de Zébédée, 
et deux autres de ses disciples.
Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » 
Ils lui répondent : « Nous aussi, nous allons avec toi. » 
Ils partirent et montèrent dans la barque ; 
or, cette nuit-là, ils ne prirent rien.
Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne 
savaient pas que c’était lui.
Jésus leur dit : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? » 
Ils lui répondirent : « Non. »
Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » 
Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le 
tirer, tellement il y avait de poissons.
Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » 
Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, 
car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau.
Les autres disciples arrivèrent en barque, traînant le filet plein de 
poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres.
Une fois descendus à terre, ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise 
avec du poisson posé dessus, et du pain.
Jésus leur dit : « Apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre.»
Simon-Pierre remonta et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : 
il y en avait cent cinquante-trois. 
Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré.
Jésus leur dit alors : « Venez manger. » 
Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » 
Ils savaient que c’était le Seigneur.
Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; 
et de même pour le poisson.
C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts 
se manifestait à ses disciples.
Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : 
« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » 
Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » 
Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »
Il lui dit une deuxième fois : 
« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » 
Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » 
Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. »
Il lui dit, pour la troisième fois : 
« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » 
Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait: 
« M’aimes-tu ? » Il lui répond : 
« Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » 
Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis.
Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture 
toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras 
les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener 
là où tu ne voudrais pas aller. »
Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait 
gloire à Dieu. 
Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. »

Voir les commentaires

Dimanche 28 Avril 2019

Publié le par Paroisse de la Nativité

Deuxième dimanche de Pâques - Dimanche de la miséricorde
 


Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,19-31.

 
C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.
À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »
Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu.
Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »
Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »
Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre.
Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Voir les commentaires

Dimanche de Pâques

Publié le par Paroisse de la Nativité

Jour de la résurrection, jour de notre joie

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,1-9.

 
Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ;
c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait,
et elle leur dit :
« On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »
Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau.
Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre
et arriva le premier au tombeau.
En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas.
Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ;
il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus,
non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau.
Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture,
il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

Voir les commentaires

Dimanche 14 Avril 2019

Publié le par Paroisse de la Nativité

Dimanche des Rameaux et de la Passion

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 22,14-71.23,1-56.

 
Quand l’heure fut venue, Jésus prit place à table,
et les Apôtres avec lui.
Il leur dit :
« J’ai désiré d’un grand désir manger cette Pâque
avec vous avant de souffrir !

Car je vous le déclare : jamais plus je ne la mangerai jusqu’à
ce qu’elle soit pleinement accomplie dans le royaume de Dieu. »

Alors, ayant reçu une coupe et rendu grâce, il dit :
« Prenez ceci et partagez entre vous.

Car je vous le déclare : désormais, jamais plus je ne boirai du fruit
de la vigne jusqu’à ce que le royaume de Dieu soit venu. »

Puis, ayant pris du pain et rendu grâce,
il le rompit et le leur donna, en disant :
« Ceci est mon corps, donné pour vous.
Faites cela en mémoire de moi. »

Et pour la coupe, après le repas, il fit de même,
en disant : « Cette coupe est la nouvelle Alliance
en mon sang répandu pour vous.

Et cependant, voici que la main de celui qui me livre
est à côté de moi sur la table.

En effet, le Fils de l’homme s’en va selon ce qui a été
fixé. Mais malheureux cet homme-là par qui il est livré !

 

Suite :

Voir les commentaires

Dimanche 07 Avril 2019

Publié le par Paroisse de la Nativité

Cinquième dimanche de Carême.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 8,1-11.

 
En ce temps-là, Jésus s’en alla au mont des Oliviers.
Dès l’aurore, il retourna au Temple.
Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner.

Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme
qu’on avait surprise en situation d’adultère.
Ils la mettent au milieu,
et disent à Jésus :
« Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère.

Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là.
Et toi, que dis-tu ? »

Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser.
Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre.

Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit :
« Celui d’entre vous qui est sans péché,
qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. »

Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre.
Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un,
en commençant par les plus âgés.
Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu.

Il se redressa et lui demanda :
« Femme, où sont-ils donc ?
Personne ne t’a condamnée ? »

Elle répondit : « Personne, Seigneur. »
Et Jésus lui dit :
« Moi non plus, je ne te condamne pas.
Va, et désormais ne pèche plus. »

Voir les commentaires

Dimanche 31 Mars 2019.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Quatrième dimanche de Carême (Laetare)

Lionello Spada (1576-1622) musée du Louvre

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 15,1-3.11-32.

 
En ce temps-là,
les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter.

Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui :
« Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! »

Alors Jésus leur dit cette parabole :
« Un homme avait deux fils.
Le plus jeune dit à son père :
“Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.”
Et le père leur partagea ses biens.

Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait,
et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune
en menant une vie de désordre.

Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint
dans ce pays,
et il commença à se trouver dans le besoin.

Il alla s’engager auprès d’un habitant de ce pays,
qui l’envoya dans ses champs garder les porcs.

Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses
que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien.

Alors il rentra en lui-même et se dit :
“Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance,
et moi, ici, je meurs de faim !

Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai :
Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi.

Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.
Traite-moi comme l’un de tes ouvriers.”

Il se leva et s’en alla vers son père.
Comme il était encore loin, son père l’aperçut
et fut saisi de compassion ;
il courut se jeter à son cou et le couvrit
de baisers.

Le fils lui dit : “Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi.
Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.”

Mais le père dit à ses serviteurs :
“Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller,
mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds,

allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons,
car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ;
il était perdu, et il est retrouvé.”
Et ils commencèrent à festoyer.

Or le fils aîné était aux champs.
Quand il revint et fut près de la maison,
il entendit la musique et les danses.

Appelant un des serviteurs, il s’informa de ce qui se passait.
Celui-ci répondit :
“Ton frère est arrivé, et ton père a tué le veau gras,
parce qu’il a retrouvé ton frère en bonne santé.”

Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer.
Son père sortit le supplier.

Mais il répliqua à son père :
“Il y a tant d’années que je suis à ton service
sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne
m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis.

Mais, quand ton fils que voilà est revenu
après avoir dévoré ton bien avec des prostituées,
tu as fait tuer pour lui le veau gras !”

Le père répondit :
“Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi,
et tout ce qui est à moi est à toi.

Il fallait festoyer et se réjouir ;
car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ;
il était perdu, et il est retrouvé !” »

Voir les commentaires

Dimanche 24 Mars 2019.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Troisième dimanche de Carême.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13,1-9.
 
Un jour, des gens rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer, mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient.
Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même.
Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. »
Jésus disait encore cette parabole : « Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas.
Il dit alors à son vigneron : “Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. À quoi bon le laisser épuiser le sol ?”
Mais le vigneron lui répondit : “Maître, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier.
Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.” »

Voir les commentaires

Dimanche 17 Mars 2019.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Deuxième dimanche de Carême.

  • Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,28b-36.

    •  
      En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il gravit la montagne pour prier.
      Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante.
      Voici que deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie,
      apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem.
      Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, restant éveillés, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés.
      Ces derniers s’éloignaient de lui, quand Pierre dit à Jésus : « Maître, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il ne savait pas ce qu’il disait.
      Pierre n’avait pas fini de parler, qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu’ils y pénétrèrent.
      Et, de la nuée, une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi : écoutez-le ! »
      Et pendant que la voix se faisait entendre, il n’y avait plus que Jésus, seul. Les disciples gardèrent le silence et, en ces jours-là, ils ne rapportèrent à personne rien de ce qu’ils avaient vu.

       

     
     

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>