Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

evangile du dimanche

Dimanche 25 Octobre 2020.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Trentième Dimanche du Temps Ordinaire. 

Évangile selon Saint Matthieu - 22, 34-40

En ce temps-là,
les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens,
se réunirent, et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à
Jésus pour le mettre à l’épreuve :
« Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? »
Jésus lui répondit :
« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme
et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement.
Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. »

Voir les commentaires

Dimanche 18 Octobre 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

29e dimanche du Temps Ordinaire.

 

 

En ce temps-là,
les pharisiens allèrent tenir conseil pour prendre Jésus au piège
en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés
des partisans d’Hérode :
« Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes
le chemin de Dieu en vérité ; tu ne te laisses influencer par personne,
car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens.
Alors, donne-nous ton avis :
Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? »
Connaissant leur perversité, Jésus dit :
« Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ?
Montrez-moi la monnaie de l’impôt. »
Ils lui présentèrent une pièce d’un denier. Il leur dit :
« Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? »
Ils répondirent : « De César. »
Alors il leur dit :
« Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

Voir les commentaires

Dimanche 11 Octobre 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

28e dimanche du Temps Ordinaire.

Évangile selon Saint MatthieuMt 22, 8-9

En ce temps-là,
Jésus se mit de nouveau à parler aux grands prêtres et aux pharisiens,
et il leur dit en paraboles : « Le royaume des Cieux est comparable à un roi
qui célébra les noces de son fils.
Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient
pas venir. Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités :
Voilà : j’ai préparé mon banquet, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ;
tout est prêt : venez à la noce.’ Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent,
l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs,
les maltraitèrent et les tuèrent. Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes,
fit périr les meurtriers et incendia leur ville. Alors il dit à ses serviteurs :
‘Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes.
Allez donc aux croisées des chemins :
tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce.’
Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent,
les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives.

Le roi entra pour examiner les convives,
et là il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce. Il lui dit :
‘Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?’
L’autre garda le silence. Alors le roi dit aux serviteurs :
‘Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ;
là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.’

Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. »

***********************************************

Voir les commentaires

Dimanche 04 Octobre 2020.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Vingt-septième dimanche du temps ordinaire

 

La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d'angle.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 21,33-43.

En ce temps-là,  
Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple :
 
« Écoutez cette parabole :
Un homme était propriétaire d’un domaine ;
il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir
et bâtit une tour de garde.
Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage.
Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès
des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne.
Mais les vignerons se saisirent des serviteurs,
frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième.
De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus
nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon.
Finalement, il leur envoya son fils, en se disant :
“Ils respecteront mon fils.”
Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux :
“Voici l’héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !”
Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent.
Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra,
que fera-t-il à ces vignerons ? »
On lui répond :
« Ces misérables, il les fera périr misérablement.
Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront
le produit en temps voulu. »
Jésus leur dit :
« N’avez-vous jamais lu dans les Écritures :
‘La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux !’
Aussi, je vous le dis :
Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation
qui lui fera produire ses fruits. »

Voir les commentaires

Dimanche 27 Septembre 2020.

Publié le par Paroisse de la Nativité

26ème dimanche du Temps Ordinaire.


Évangile selon saint Matthieu - 21, 28-32

En ce temps-là,
Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple :
« Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils.
Il vint trouver le premier et lui dit :
‘Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.’
Celui-ci répondit : ‘Je ne veux pas.’
Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla.
Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière.
Celui-ci répondit : ‘Oui, Seigneur !’ et il n’y alla pas.
Lequel des deux a fait la volonté du père ? »
Ils lui répondent : « Le premier. »
Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains
et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu.
Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice,
et vous n’avez pas cru à sa parole ;
mais les publicains et les prostituées y ont cru.
Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repentis plus tard pour croire à sa parole. »

 

Voir les commentaires

Dimanche 20 Septembre 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

25ème dimanche du Temps Ordinaire. 

 

Mt 20, 1-16 

En ce temps-là, Jésus disait cette parabole à ses disciples :

« Le royaume des Cieux est comparable au maître d’un domaine
qui sortit dès le matin afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne.
Il se mit d’accord avec eux sur le salaire de la journée :
un denier, c’est-à-dire une pièce d’argent, et il les envoya à sa vigne.
Sorti vers neuf heures, il en vit d’autres qui étaient là, sur la place,
sans rien faire. Et à ceux-là, il dit : ‘Allez à ma vigne, vous aussi,
et je vous donnerai ce qui est juste.’ Ils y allèrent.
Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures, et fit de même.
Vers cinq heures,
il sortit encore, en trouva d’autres qui étaient là et leur dit :
‘Pourquoi êtes-vous restés là, toute la journée, sans rien faire ?’
Ils lui répondirent : ‘Parce que personne ne nous a embauchés.’
Il leur dit : ‘Allez à ma vigne, vous aussi.’
Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant :
‘Appelle les ouvriers et distribue le salaire,
en commençant par les derniers pour finir par les premiers.’
Ceux qui avaient commencé à cinq heures s’avancèrent
et reçurent chacun une pièce d’un denier.
Quand vint le tour des premiers, ils pensaient recevoir davantage,
mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d’un denier.
En la recevant, ils récriminaient contre le maître du domaine :
‘Ceux-là, les derniers venus, n’ont fait qu’une heure, et tu les traites
à l’égal de nous, qui avons enduré le poids du jour et la chaleur !’
Mais le maître répondit à l’un d’entre eux :
‘Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi.
N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ?
Prends ce qui te revient, et va-t’en.
Je veux donner au dernier venu autant qu’à toi :
n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens ?
Ou alors ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?’
C’est ainsi que les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers. »

Voir les commentaires

Dimanche 13 Septembre 2020.

Publié le par Paroisse de la Nativité

24ème Dimanche du Temps Ordinaire. 

 

En ce temps-là,
Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander :
« Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi,
combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? »
Jésus lui répondit :
« Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à 70 fois sept fois.
Ainsi, le royaume des Cieux est comparable à un roi qui voulut régler
ses comptes avec ses serviteurs. Il commençait, quand on lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est-à-dire soixante millions
de pièces d’argent).
Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître
ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens,
en remboursement de sa dette.
Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : ‘Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout.’
Saisi de compassion, le maître de ce serviteur le laissa partir
et lui remit sa dette.
Mais, en sortant, ce serviteur trouva un de ses compagnons
qui lui devait cent pièces d’argent.
Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : ‘Rembourse ta dette !’
Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait :
‘Prends patience envers moi, et je te rembourserai.’
Mais l’autre refusa et le fit jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait
remboursé ce qu’il devait.
Ses compagnons, voyant cela, furent profondément attristés
et allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé.
Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : ‘Serviteur mauvais !
je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié.
Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon,
comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?’
Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux
jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait.
C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera,
si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur. »

Voir les commentaires

Dimanche 06 Septembre 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

23ème dimanche du Temps Ordinaire

 

Evangile selon Saint Matthieu -  Mt 18,15-20

En ce temps-là,

Jésus disait à ses disciples :
« Si ton frère a commis un péché contre toi,
va lui faire des reproches seul à seul.
S’il t’écoute, tu as gagné ton frère.
S’il ne t’écoute pas, prends en plus avec toi une ou deux personnes
afin que toute l’affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins.
S’il refuse de les écouter, dis-le à l’assemblée de l’Église ; s’il refuse encore d’écouter l’Église, considère-le comme un païen et un publicain. Amen,
je vous le dis : tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel,
et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le ciel.
Et pareillement, amen, je vous le dis, si deux d’entre vous sur la terre
se mettent d’accord pour demander quoi que ce soit,
ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux.
En effet,

quand deux ou trois sont réunis en mon nom,
je suis là, au milieu d’eux. »

*****************

Voir les commentaires

Dimanche 30 Juin Août 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

22e dimanche du Temps Ordinaire 

 

Mt 16, 21-27

En ce temps-là,
Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem,
souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes,
être tué, et le troisième jour ressusciter.
Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches :
« Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. »
Mais lui, se retournant, dit à Pierre :
« Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute :
tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
Alors Jésus dit à ses disciples :
« Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même,
qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.
Car celui qui veut sauver sa vie la perdra,
mais qui perd sa vie à cause de moi la trouvera.
Quel avantage, en effet, un homme aura-t-il à gagner le monde entier,
si c’est au prix de sa vie ?
Et que pourra-t-il donner en échange de sa vie ?
Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ;
alors il rendra à chacun selon sa conduite. »

Voir les commentaires

Dimanche 23 Août 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

21ème dimanche du Temps Ordinaire

 

Évangile de Saint Matthieu 16,13-20

En ce temps-là,
Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe,
demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? »
Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ;
pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
Alors Simon-Pierre prit la parole et dit :
« Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »
Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit :
« Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui
t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare :
Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ;
et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
Je te donnerai les clés du royaume des Cieux :
tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux,
et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »
Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne que c’était lui le Christ.

 

Voir les commentaires

Dimanche 16 Août 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

20ème dimanche du Temps Ordinaire

 
Évangile de Saint Matthieu 15, 21-28

En ce temps-là,
partant de Génésareth, Jésus se retira dans la région de Tyr et de Sidon.
Voici qu’une Cananéenne, venue de ces territoires, disait en criant :
« Prends pitié de moi, Seigneur, fils de David !
Ma fille est tourmentée par un démon. »
Mais il ne lui répondit pas un mot.
Les disciples s’approchèrent pour lui demander :
« Renvoie-la, car elle nous poursuit de ses cris ! »
Jésus répondit :
« Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. »
Mais elle vint se prosterner devant lui en disant :
« Seigneur, viens à mon secours ! »
Il répondit : « Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants
et de le jeter aux petits chiens. »
Elle reprit : « Oui, Seigneur ; mais justement, les petits chiens
mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. »
Jésus répondit :
« Femme, grande est ta foi, que tout se passe pour toi comme tu le veux ! »
Et, à l’heure même, sa fille fut guérie.

Voir les commentaires

Dimanche 09 Août 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

19 ème dimanche du Temps Ordinaire.

 

Évangile de Saint Matthieu 14, 22-33
Aussitôt après avoir nourri la foule dans le désert,
Jésus obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur
l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules. Quand il les eut renvoyées,
il gravit la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul.
La barque était déjà à une bonne distance de la terre,
elle était battue par les vagues, car le vent était contraire.
Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer.
En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés.
Ils dirent : « C’est un fantôme. » Pris de peur, ils se mirent à crier.
Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! »
Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir
vers toi sur les eaux. »
Jésus lui dit : « Viens ! »
Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus.
Mais, voyant la force du vent, il eut peur et, comme il commençait à enfoncer,
il cria : « Seigneur, sauve-moi ! »
Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit et lui dit :
« Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »
Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba.
Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui,
et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »

 

Voir les commentaires

Dimanche 02 Août 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

Dix-huitième dimanche du temps ordinaire. 

Des mosaïques préservées de la période byzantine de l’Eglise de la Multiplication des pains et des poissons à Tagba, sur le lac de Tibériade.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 14,13-21.

En ce temps-là, quand Jésus apprit la mort de Jean le Baptiste,
il se retira et partit en barque pour un endroit désert, à l’écart.
Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied.
En débarquant, il vit une grande foule de gens ;
il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades.
Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent :
« L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée.
Renvoie donc la foule :
qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! »
Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller.
Donnez-leur vous-mêmes à manger. »
Alors ils lui disent :
« Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. »
Jésus dit : « Apportez-les-moi. »
Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe,
il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel,
il prononça la bénédiction ; il rompit les pains,
il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule.
Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés.
On ramassa les morceaux qui restaient :
cela faisait douze paniers pleins.
Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille,
sans compter les femmes et les enfants.

Voir les commentaires

Dimanche 26 Juillet 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

17ème dimanche ordinaire


 


En ce temps-là, Jésus disait à la foule ces paraboles :


« Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ;
l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau.
Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ.
Ou encore :
Le royaume des Cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles
fines. Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu’il possède,
et il achète la perle.
Le royaume des Cieux est encore comparable à un filet que l’on jette dans la
mer et qui ramène toutes sortes de poissons. Quand il est plein, on le tire sur
le rivage, on s’assied, on ramasse dans des paniers ce qui est bon,
et on rejette ce qui ne vaut rien.
Ainsi en sera-t-il à la fin du monde : les anges sortiront pour séparer
les méchants du milieu des justes et les jetteront dans la fournaise :
là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. »
« Avez-vous compris tout cela ? »
Ils lui répondent : « Oui ». Jésus ajouta :
« C’est pourquoi tout scribe devenu disciple du royaume des Cieux est
comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et de l’ancien. »

 

Voir les commentaires

dimanche 19 juillet 2020.

Publié le par Paroisse de la Nativité

Seizième dimanche du Temps Ordinaire.

 

Evangile

Les paraboles du Royaume : l'ivraie
Évangile de Saint Matthieu 13, 24-43

En ce temps-là, Jésus proposa cette parabole à la foule :
« Le royaume des Cieux est comparable à un homme qui a semé
du bon grain dans son champ. Or, pendant que les gens dormaient,
son ennemi survint ; il sema de l’ivraie au milieu du blé et s’en alla.
Quand la tige poussa et produisit l’épi, alors l’ivraie apparut aussi.
Les serviteurs du maître vinrent lui dire : ‘Seigneur, n’est-ce pas du
bon grain que tu as semé dans ton champ ?
D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?’ Il leur dit :
‘C’est un ennemi qui a fait cela.’
Les serviteurs lui disent : ‘Veux-tu donc que nous allions l’enlever ?’
Il répond : ‘Non, en enlevant l’ivraie, vous risquez d’arracher le blé
en même temps. Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson ;
et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs :
Enlevez d’abord l’ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ;
quant au blé, ramassez-le pour le rentrer dans mon grenier.’ » 

Il leur proposa une autre parabole :
« Le royaume des Cieux est comparable à une graine de moutarde
qu’un homme a prise et qu’il a semée dans son champ.
C’est la plus petite de toutes les semences, mais, quand elle a poussé,
elle dépasse les autres plantes potagères et devient un arbre, si bien
que les oiseaux du ciel viennent et font leurs nids dans ses branches. »

Il leur dit une autre parabole :
« Le royaume des Cieux est comparable au levain qu’une femme
a pris et qu’elle a enfoui dans trois mesures de farine,
jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. » 

Tout cela, Jésus le dit aux foules en paraboles, et il ne leur disait
rien sans parabole, accomplissant ainsi la parole du prophète :
J’ouvrirai la bouche pour des paraboles,
je publierai ce qui fut caché
depuis la fondation du monde . 

Alors, laissant les foules, il vint à la maison.
Ses disciples s’approchèrent et lui dirent :
« Explique-nous clairement la parabole de l’ivraie dans le champ. »
Il leur répondit :
« Celui qui sème le bon grain, c’est le Fils de l’homme ;
le champ, c’est le monde ; le bon grain, ce sont les fils du Royaume l’ivraie, ce sont les fils du Mauvais. L’ennemi qui l’a semée, c’est le
diable ; la moisson, c’est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont
les anges. De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu,
ainsi en sera-t-il à la fin du monde.
Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son Royaume toutes les causes de chute et ceux qui font le mal ; ils les jetteront dans la fournaise : là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.
Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. 

Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »

 

Voir les commentaires

Dimanche 12 Juillet 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

Quinzième dimanche du Temps Ordinaire.

 

Les paraboles du Royaume : Le semeur
Évangile de Saint Matthieu 13, 1-23

Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison, et il était assis au bord de la mer. Auprès de lui se rassemblèrent des foules si grandes qu’il monta dans une barque où il s’assit ; toute la foule se tenait sur le rivage.
Il leur dit beaucoup de choses en paraboles : « Voici que le semeur sortit pour semer. Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger. D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; ils ont levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde. Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et, faute de racines, ils ont séché. D’autres sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés. D’autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »
Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? » Il leur répondit : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume des Cieux, mais ce n’est pas donné à ceux-là. À celui qui a, on donnera, et il sera dans l’abondance ; à celui qui n’a pas, on enlèvera même ce qu’il a. Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans regarder, et qu’ils écoutent sans écouter ni comprendre. Ainsi s’accomplit pour eux la prophétie d’Isaïe : Vous aurez beau écouter, vous ne comprendrez pas. Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas. Le cœur de ce peuple s’est alourdi : ils sont devenus durs d’oreille, ils se sont bouché les yeux, de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n’entendent, que leur cœur ne comprenne, qu’ils ne se convertissent, – et moi, je les guérirai.
Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient, et vos oreilles puisqu’elles entendent ! Amen, je vous le dis : beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu.
Vous donc, écoutez ce que veut dire la parabole du semeur. Quand quelqu’un entend la parole du Royaume sans la comprendre, le Mauvais survient et s’empare de ce qui est semé dans son cœur : celui-là, c’est le terrain ensemencé au bord du chemin. Celui qui a reçu la semence sur un sol pierreux, c’est celui qui entend la Parole et la reçoit aussitôt avec joie ; mais il n’a pas de racines en lui, il est l’homme d’un moment : quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, il trébuche aussitôt. Celui qui a reçu la semence dans les ronces, c’est celui qui entend la Parole ; mais le souci du monde et la séduction de la richesse étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit. Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la Parole et la comprend : il porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un.

 

*****************************

Voir les commentaires

Dimanche 05 Juillet 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

Dimanche du Temps Ordinaire 


Évangile de Saint Matthieu 11, 25-30

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit :
« Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange :
ce que tu as caché aux sages et aux savants,
tu l’as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
Tout m’a été remis par mon Père ;
personne ne connaît le Fils, sinon le Père,
et personne ne connaît le Père, sinon le Fils,
et celui à qui le Fils veut le révéler.
Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau,
et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug,
devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur,
et vous trouverez le repos pour votre âme.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

 

******************************
 

Voir les commentaires

Dimanche 28 Juin 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

Treizième dimanche du Temps Ordinaire 

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10,37-42.

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres :
« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi
n’est pas digne de moi ;
celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi
n’est pas digne de moi ;
celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas
n’est pas digne de moi.
Qui a trouvé sa vie la perdra ;
qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera.
Qui vous accueille m’accueille ;
et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé.
Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète
recevra une récompense de prophète ;
qui accueille un homme juste en sa qualité de juste
recevra une récompense de juste.
Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche,
à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis :
non, il ne perdra pas sa récompense. »

Voir les commentaires

Dimanche 21 Juin 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

Douzième dimanche du Temps Ordinaire.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10,26-33.

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres :
« Ne craignez pas les hommes ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé,
rien n’est caché qui ne sera connu.
Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ;
ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits.
Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ;
craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi
bien que le corps.
Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ?
Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille.
Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés.
Soyez donc sans crainte :
vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux.
Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes,
moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux.
Mais celui qui me reniera devant les hommes,
moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux. »

********************************

Voir les commentaires

Dimanche 14 Juin 2020

Publié le par Paroisse de la Nativité

Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, solennité.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 6,51-58.

En ce temps-là, Jésus disait à la foule :
« Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel :
si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement.
Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. »
Les Juifs se querellaient entre eux :
« Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »
Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis :
si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous
ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ;
et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
En effet, ma chair est la vraie nourriture,
et mon sang est la vraie boisson.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi,
et moi, je demeure en lui.
De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé,
et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange,
lui aussi vivra par moi.
Tel est le pain qui est descendu du ciel : il n’est pas comme
celui que les pères ont mangé. Eux, ils sont morts ;
celui qui mange ce pain vivra éternellement. »

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>